• 06 03 12 31 54
  • architech.paysagiste@gmail.com

Archive mensuellemars 2020

jardin de curé, entre fleurs et légumes

Un jardin de curé est à l’origine un jardin clos près de l’église et du presbytère, à vocation avant tout utilitaire. Ce jardin qui pouvait être celui d’un curé, d’un évêque ou d’une congrégation religieuse avait pour but de pourvoir à la subsistance de quelques personnes en fournissant des légumes et des fruits, c’est donc à la base un jardin potager, mais aussi des fleurs, pour fleurir l’autel, et, dit-on, une vigne pour le vin de messe ainsi que quelques plante médicinal.

C’est devenu un style de jardin dont la première caractéristique est de mélanger les fleurs et les légumes ainsi qu’une grande variété de plante simple, traditionnelles, non sophistiquées, dont des plantes condimentaires. Le plan en carrés, plus ou moins rigoureux, est adouci par le mélange des plantes vivaces et annuel. On n’y trouve pas de pelouse,  sauf parfois en guise d’allées, délimitées par des bordures végétales. Il s’oppose à une évolution qui a conduit généralement à la séparation totale du potager du jardin d’agrément, le reléguant dans un coin éloigné, caché souvent derrière une haie.

Sa variété en fait un lieu agréable de repos et de méditation. Il se compose souvent de quatre parterres carrés, avec au centre du jardin un puits ou un bassin qui attire les oiseaux, ou encore un arbre taillé en parasol.

Comme dans bon nombre de jardins religieux chrétiens (jardins d’abbaye, jardins de cloître…), on retrouve une très forte influence du jardin romain, lui-même héritier des jardins grecs et persans. Ceci est dû à l’attachement des ecclésiastiques du Moyen Âge aux auteurs romains antiques comme Dioscoride ou Pline l’Ancien.

contactez nous:http://archi-tech-paysage.com/contact/

la scarification, pour quoi ?

La scarification est indispensable pour garder toute l’année un gazon vert et dru. Il est recommandé d’effectuer cette opération 2 fois par an. En effet, les pluies, les tontes et les piétinements créent un feutrage qui bloque les échanges d’eau, d’air et de nutriments entre la surface de sol et les racines de l’herbe. Les lames d’acier du scarificateur lacèrent la surface du sol pour le débarrasser de ce feutrage.

Pourquoi scarifier la pelouse ?

Avec le temps, la pluie, les piétinements, les tontes et surtout les mulchings, les racines superficielles de l’herbe s’emmêlent, la mousse se développe et cet enchevêtrement crée un feutrage qui asphyxie la pelouse et la fait jaunir.

Le gazon a alors besoin d’être aéré, d’être scarifier pour rétablir les échanges d’air, d’eau et d’élément nutritif (apport d’engrais). Le meilleur outil est le scarificateur, dont les griffes lacèrent la terre et les racines dans les premier millimètre du sol. Il produit énormément de déchets et à la fin de l’opération, la pelouse semble pelée, arrachée et beaucoup moins belle qu’avant. Ne vous inquiétez pas, elle s’en remet vite : elle se régénère, s’épaissit et devient plus drue. En effet le fait de couper les racines superficielles, le chevelu racinaire des graminées de votre gazon sont stimulée et ce développe. Ce qui a pour conséquence de rendre le gazon plus compact, donc plus résistant au « mauvaise herbe », et plus résistant à la sécheresse, donc plus vert et résistant l’été.

Quand scarifier la pelouse ?

Pour un meilleur résultat et une belle pelouse verte, il est recommandé de scarifier 2 fois dans l’année (pas plus, pas moins). Les meilleures périodes pour scarifier sont le printemps, après les dernières gelées, puis à l’automne avant les premières gelées ou avant un semis de regarnissage.

contactez nous:http://archi-tech-paysage.com/contact/

prunus: à fleurs ou à fruits ?

 

les prunus (arbre)

Le genre prunus regroupe de très nombreuses espèces que nous ne pouvons vous décrire dans un seul article. On y trouve des arbres fruitiers, a floraisons d’ornements, aux rameaux décoratifs et même de toutes les formes et tailles.

De la grande famille de rosacée, les prunus fleurissent abondamment au printemps quel que soit leur intérêt dans le jardin.

Les fruitiers : on y retrouve les cerisiers, abricotiers, pêchers, nectariniers et pruniers. Très florifère au printemps avec ces fleurs blanches à rose pâle, donnant de nombreux fruits une fois à maturité. Il n’est pas nécessaire de tailler les prunus pour la fructification (fruit à noyaux pas de taille, fruit à pépins taille tous les ans), mais comme tout fruitier il demande une attention particulière face au nuisible de la plante (insectes, maladies, oiseaux). Il ne faut pas oublier que la plupart des espèces ont besoin d’un pollinisateur adapté. Si votre voisin possède un prunus dans son jardin renseigné vous sur la variété pour vous adapter à la pollinisation. Sinon plantait votre prunus accompagné de son pollinisateur pour être sûr d’avoir une production.

Les ornementaux : de floraison blanche rose pale ou foncé, en fleurs simples, doubles ou en bouquet, les prunus sont facilement repérables dans nos jardins au printemps. Ce genre est très diversifié: feuillage vert décoratif automnal ou pourpre, floraison, rameaux et exfoliation (écorce) ou même de diffèrent port. Sur tige ou en cépée, fastigié, conique, évasé, retombant (pleureur) les merisiers, cerisiers, pruniers décoratifs trouve sa place dans chaque jardin selon ça forme.

 

En règle générale, comme tout arbre, ils préfèrent les expositions ensoleillées mais apprécient peu les sols marécageux. Ils ont un feuillage caduc souvent coloré à l’automne.

 

 

Quelques cultivars : fruitier :

‘Polonais’ : abricotier a gros fruit orange pâle, chaire juteuse et fine, fruit parfumé en juillet acclimaté pour le nord de France.

Bigarreaux ‘Moreau’ : cerisier a gros fruit rouge foncé, fruit ferme et sucré fin juin

‘Tokyo’ : cerisier à port colonnaire parfait pour les petits jardins et les grands pots

Pêche de vigne : s’adapte au climat du nord de France

‘Reine Claude d’Oullins’ : prunier a gros fruit jaune, chaire juteuse, auto fertile(pas de plante polinisatrice).

‘Quetsche d’Alsace’ : prunier à fruit moyen ovoïde pourpre violacé, juteuse et sucré, auto fertile

Quelques cultivars : ornement :

Cerasifera ‘pissardii nigra’ : prunier à fleur, rose en début de printemps feuillage caduc pourpre

Serrula : petit cerisier à écorce cuivrée très décoratif

Serrulata ‘amanogawa’ : floraison rose en pompon, port colonnaire parfait pour les petits espaces

Serrulata ‘kanzan’ : floraison rose en pompon, sur tige évasé vers le haut très courant en alignement

Serrulata ‘kiku-shidare-zahura’ : floraison rose en pompon, port retombant la forme la moins courante dans nos jardins.

 

Contactez-nous : http://archi-tech-paysage.com/contact/